Test Apple iPhone 14 Pro : notre avis complet – Smartphones

Internet peut donner l’impression d’être piégé dans cette pièce sombre avec Morpheus, celle où il tend la main à Neo et offre soit une pilule de connaissance, soit une pilule d’ignorance bienheureuse. Cliquer ou ne pas cliquer. Acheter ou ne pas acheter. Android ou iOS. Dynamic Island ou perforations. Qu’en est-il de ce dilemme avec l’iPhone 14 Pro ? Apple aurait-il dû foncer vers l’inconnu ou bien se complaire dans l’illusion ?

Apple iPhone 14 Pro // Source : Anthony Wonner pour Frandroid

L’année dernière, les principales raisons de passer à l’iPhone 13 Pro, au lieu de l’iPhone 13, étaient le téléobjectif x3, l’autonomie améliorée et ProMotion, qui est le nom d’Apple pour sa technologie de taux de rafraîchissement d’écran à 120 Hz qui a fait ses débuts sur l’iPad Pro en 2017. C’était globalement les seules réelles raisons.

Cette année, les choses ont changé. Apple a segmenté davantage sa gamme d’iPhone. Les évolutions de l’iPhone 14 sont tellement inexistantes que l’on pourrait le nommer iPhone 13s. Pour l’iPhone 14 Pro, c’est différent, tout semble avoir évolué. Sur le papier tout du moins. C’est ce que nous allons vérifier.

Apple iPhone 14 ProNotre test en vidéo

Lien YouTubeS’abonner à Frandroid

Apple iPhone 14 ProFiche technique

Modèle Apple iPhone 14 Pro
Version de l’OS iOS 16
Taille d’écran 6.1 pouces
Définition 2556 x 1179 pixels
Densité de pixels 460 ppp
Technologie OLED
SoC A16 Bionic
Puce Graphique (GPU) Apple GPU
Mémoire interne (flash) 128 Go, 256 Go, 512 Go, 1 To
Appareil photo (dorsal) Capteur 1 : 48 Mpx
Capteur 2 : 12 Mpx
Capteur 3 : 12 Mpx
Appareil photo (frontal) 12 Mpx
Enregistrement vidéo 4K@60 IPS
Wi-Fi Wi-Fi 6 (ax)
Bluetooth 5.3
Bandes supportées 2100 MHz (B1), 800 MHz (B20), 1800 MHz (B3), 2600 MHz (B7), 700 MHz (B28)
5G Oui
NFC Oui
Capteur d’empreintes Non
Ports (entrées/sorties) Lightning
Dimensions 71,5 x 147,5 x 7,85 mm
Poids 206 grammes
Couleurs Noir, Argent, Or, Violet
Prix 1 299 €
Fiche produit

Ce test a été réalisé avec un iPhone 14 Pro acheté par nos soins.

Apple iPhone 14 ProUn design bubulle

D’un point de vue visuel, l’iPhone 14 Pro ressemble beaucoup à l’iPhone 13 Pro. Mais, cela serait faux de penser que ce sont les mêmes. C’est vrai, ils abordent le même look & feel, ils sont en acier inoxydable brillant… L’iPhone 14 Pro est toutefois un poil plus épais et plus lourd. Honnêtement, cela n’est cependant pas ressenti une fois en main ou dans la poche, en comparaison avec celui de l’année dernière.

iPhone 14 Pro  – DSC08987
Apple iPhone 14 Pro // Source : Anthony Wonner pour Frandroid

Force est de constater que le design de l’iPhone n’a guère évolué depuis l’introduction de l’iPhone X, 5 ans auparavant. Et, finalement, c’est sans doute une des seules déceptions que l’on peut avoir avec ce nouvel iPhone. On aimerait du changement pour ne pas avoir l’impression d’acheter le même téléphone chaque année.

iPhone 14 Pro  – DSC09008
Apple iPhone 14 Pro // Source : Anthony Wonner pour Frandroid

D’un premier coup d’œil, les caméras sont légèrement plus grandes que celles de l’iPhone 13 Pro. Les objectifs dépassent d’au moins un millimètre de plus et cela le rend plus bancal lorsque nous le laissons à plat sur une table. Ce n’est pas un drame, mais sachez-le.

iPhone 14 Pro  – DSC08985
Apple iPhone 14 Pro // Source : Anthony Wonner pour Frandroid

La prise en main est toujours aussi agréable, il ne glisse pas et ses dimensions permettent de le manipuler à une main. Il n’est ni grand, ni petit. En vérité, selon moi, il a la taille parfaite pour un smartphone en 2022. Suffisamment grand pour profiter d’un contenu vidéo, et suffisamment compact pour se faire oublier dans la poche du jean.

iPhone 14 Pro  – DSC09005
Apple iPhone 14 Pro // Source : Anthony Wonner pour Frandroid

C’est une fois l’écran allumé que vous verrez le grand changement. L’encoche, que l’on connaît depuis cinq ans, fait place à une pilule. Une intégration déjà vue sur Android, puisque la pilule a fait place à un poinçon sur la plupart des smartphones Android, même sur les smartphones d’entrée de gamme. Mais, chez Apple, la pilule fait illusion.

Dynamic Island

Ce changement, certainement le plus excitant, est celui qui ne peut pas être mesuré avec des outils ou modifier fondamentalement l’utilisation de l’appareil. En même temps, il incarne probablement le mieux ce qui rend les produits Apple si attrayants pour de nombreux clients.

Cette fonction est à la fois une fonctionnalité logicielle et matérielle : sur l’iPhone 14 Pro, la caméra selfie et le capteur Face ID (le scanner biométrique de visage) ne sont plus logés dans une encoche noire, mais dans deux perforations situées au milieu de l’écran sur la partie supérieure.

iPhone 14 Pro  – DSC09016
Apple iPhone 14 Pro // Source : Anthony Wonner pour Frandroid

Apple aurait pu en rester là, en ignorant au passage tous les fans d’Android qui soulignent allègrement que leurs téléphones sont capables de faire quelque chose comme cela depuis longtemps (et même mieux). Pourtant, Apple a simplement fait de l’ennuyeuse pilule une fonctionnalité désirable. Cette zone s’appelle désormais « Dynamic Island » et est le nouveau centre des notifications d’activité d’Apple.

Le Dynamic Island est en réalité deux perforations, on voit bien la supercherie en plein soleil. Entre les deux petits ilots, Apple a noirci les pixels pour les faire ressembler à une zone contiguë. Pour que ces animations semblent aussi vivantes et fluides que possible et qu’en même temps la délimitation de la zone noire soit toujours nette, Apple a usé d’illusion.

L’espace est animé par le logiciel. Grâce à du motion, diverses animations très fluides, pour montrer quand un appel est en cours, un minuteur est lancé, de même pour la musique, l’iPhone est en charge, Face ID est sur le point de déverrouiller l’iPhone, et bien plus encore.

DSC09019
Exemple des menus contextuels de Dynamic Island

Mais, il est également possible d’interagir avec cette zone. Une pression rapide du doigt sur une notification permet de passer directement à l’application correspondante ; si vous appuyez et maintenez votre doigt dessus, l’espace étroit s’élargit et se développe en douceur dans une fenêtre plus grande avec des commandes.

iOS 16 – Dynamic Island
Dynamic Island en action

Du coup, cet îlot dynamique n’est pas seulement une barre de menus qui change de forme, elle donne également à iOS une autre couche de multitâche auparavant impossible. Apple aime abuser du mot « magique » chaque fois qu’ils décrivent de nouvelles fonctionnalités ou de nouveaux produits. Dans le cas du Dynamic Island, c’est mérité.

Le résultat est impressionnant et amusant au quotidien : l’ennuyeuse « encoche » est soudainement devenue ce nouveau bouton d’information qui bouge avec une telle fluidité qu’il paraît vivant. Encore une fois, Apple impressionne. Et, même si cette fonction est susceptible d’être copiée dans un avenir proche, la concurrence peinera réellement à imiter cette implémentation précise et détaillée.

Ce Dynamic Island n’est pas non plus parfait. Par exemple, lorsque cette zone est trop large, des icônes essentielles comme le Wi-Fi sont repoussées dans le centre de contrôle. D’autres fois, le petit indicateur de point jaune (pour montrer que le microphone est actif) est bizarrement poussé tout au bord à droite, lorsqu’une application s’exécute en arrière-plan. Bref, ça manque de logique sur certains scénarios. Apple doit peaufiner sa formule. De plus, il y a deux inconvénients : il est ardu d’y toucher si l’on utilise le mobile d’une seule main et cela nous fait aussi constamment toucher la caméra frontale. Il faudra donc veiller à nettoyer les îlots pour prendre vos selfies.

Always On

Enfin, Apple propose un affichage permanent. Ce qui est la norme dans le monde Android depuis des années. Toujours allumé (Always On) ici signifie que l’écran ne s’éteint pas même lorsqu’il n’est pas utilisé, mais affiche toujours certaines informations, telles que l’heure.

Un écran toujours allumé est une mauvaise chose pour préserver la batterie du smartphone. Cela a été rendu possible par la technologie d’affichage OLED, une nouvelle puce Dislay Engine seulement présente sur l’Apple A16 Bionic, de même que la technologie LTPO déjà présente sur de nombreux smartphones Android et iOS.

Apple propose cette fonction sur les 14 Pro, mais d’une manière différente des autres constructeurs. Même en veille, le nouvel iPhone affiche toujours l’écran de verrouillage en couleur, y compris l’heure et les widgets. C’est avec une luminosité réduite, néanmoins la différence est énorme et modifie par ailleurs l’utilisation du téléphone de manière significative.

Apple iPhone 14 Pro – Frandroid  – DSC08988
Le mode normal à gauche, le mode « Toujours allumé » à droite

Si vous l’avez à côté de vous lors d’une réunion ou dans un café, vous pouvez voir l’heure, les widgets ou même les notifications WhatsApp ou les e-mails entrants d’un coup d’œil latéral sans avoir à toucher le smartphone. Il met également à jour l’écran de verrouillage, qui est dorénavant hautement personnalisables dans iOS 16.

C’est bien pensé. Si l’iPhone est dans la poche ou tourné du côté de l’écran, l’écran s’éteint complètement. Pour les porteurs d’Apple Watch, le smartphone reconnaît aussi lorsque vous n’êtes pas à proximité et éteint complètement l’écran.

La nuit, vous ne serez pas dérangé par cet écran lumineux — si vous activez le mode « Repos ». Et bien sûr, Always On n’est pas obligatoire avec le nouvel iPhone. La fonction peut ainsi être entièrement désactivée dans les paramètres. Enfin, il n’y a aucun moyen d’avoir de ne pas afficher le fond d’écran. La seule solution de contournement consiste à utiliser un fond d’écran noir uni pour l’écran de verrouillage. Le noir deviendra alors… noir.

Bref, difficile de dire si l’approche d’Apple est meilleure que celle de Samsung ou de Google. Les Galaxy S22 et Pixel 6, avec leurs écrans Always On, affichent uniquement les éléments de base tels que l’heure, l’état de la batterie et les notifications. Une simplicité qui parlera à certains d’entre nous. Apple propose une personnalisation bien plus avancée. Et, ça, je n’aurai jamais imaginé l’écrire un jour.

Une réparabilité à améliorer

Enfin, Apple affirme que les iPhone 14 ont une nouvelle structure interne qui permet une meilleure dissipation thermique. Un démontage en règle affiche bien toutes les modifications internes apportées par Apple. La vitre arrière de l’iPhone 14 peut dorénavant être remplacée sans avoir à démonter tout le téléphone, ce qui était impossible auparavant. L’écran peut à présent également être remplacé sans avoir à retirer le module de caméra True Depth.

Ces modifications devraient entraîner un coût de réparation plus bas et certainement augmenter la durée de vie moyenne de l’iPhone 14. Si vous vous dites que tout ça est très bien… sachez que pour l’iPhone 14 Pro, ce n’est pas le cas. Il ne bénéficie pas, d’après ce que l’on a vu, d’effort particulier pour faciliter le changement de composants tels que la batterie ou l’écran. C’est un étrange choix d’Apple.

Un design éprouvé

Comme l’année dernière, le design de l’iPhone 14 Pro est éprouvé. Je pense toutefois qu’il est temps que l’iPhone se mette au régime. Un petit amincissement ne lui ferait pas de mal.

  • iPhone 12 Pro : 7,4 mm d’épaisseur / 189 grammes
  • iPhone 13 Pro : 7,65 mm d’épaisseur / 204 grammes
  • iPhone 14 Pro : 7,85 mm d’épaisseur / 206 grammes

De plus, le temps presse pour qu’Apple passe l’iPhone à l’USB-C. Il faudra attendre encore, au moins, un an. Mais, ce n’est plus qu’une question de temps désormais. Cet iPhone 14 Pro sera sans doute le dernier à avoir un port Lightning.

Apple iPhone 14 ProUn écran très lumineux

L’iPhone 14 Pro dispose d’un écran de 6,1 pouces, tandis que l’iPhone 14 Pro Max est à 6,7 pouces. Lorsque les téléphones sont éteints, ils ne sont pas si différents de leurs prédécesseurs, mais une fois que l’écran s’allume, vous remarquez immédiatement que l’encoche s’est légèrement abaissée et vit maintenant à l’intérieur de l’écran. Techniquement, ça ne s’appelle pas une encoche. Apple l’a surnommée Dynamic Island, on a évoqué cette nouvelle fonction plus haut dans la partie design. Ici, on va s’intéresser aux qualités intrinsèques de cet écran.

L’iPhone 14 Pro utilise nouvelle dalle Super Retina XDR, qui profite d’une définition un soupçon plus importante que celle de l’iPhone 13 Pro : 2 796 x 1 290 pixels, contre 2 778 x 1 284 pixels.

Sans HDR et dans des conditions de lumière ambiante d’intérieur, nous avons mesuré une luminosité de 820 cd/m². En mode HDR, nous avons mesuré un pic lumineux à 1 500 cd/m². C’est en dessous des promesses d’Apple, mais c’est déjà un résultat énorme. Enfin, à propos du nouveau mode plein soleil censé monter la luminosité à 2000 cd/m² en extérieur, nous n’avons pas réussi à la mesurer dans nos tests.

Pour le reste, cet écran n’a aucun défaut, la fidélité colorimétrique est au rendez-vous (Delta E moyen sur le DCI-P3 à 3,73, température moyenne de 6436 K). De plus, on profite d’un taux de rafraîchissement jusqu’à 120 Hz, comme le modèle de l’année dernière.

Apple iPhone 14 ProLogiciel : iOS a bien changé

Avec iOS 15, Apple avait un socle solide. iOS 16 commence là où iOS 15 s’est arrêté et s’appuie sur cette fondation. De plus, iOS 16 regorge de fonctionnalités semi-évidentes qu’il semble qu’Apple aurait pu et aurait dû ajouter il y a longtemps.

Sur iOS 16, la principale nouveauté visuelle d’Apple est l’écran de verrouillage, le premier écran que vous voyez quand vous prenez votre iPhone dans la main. Il s’agit probablement de la personnalisation la plus importante que l’on verra sur l’iPhone.

écran verrouillage iOS 16

L’amélioration de l’écran de verrouillage d’Apple est un nouvel effet multicouche, qui utilise diverses techniques pour créer des effets visuels. Les photos ajoutées sur l’écran de verrouillage profitent d’un effet de profondeur pour être mises en valeur par rapport à l’heure, si vous trouvez la bonne photo… elle sera même parfaitement détourée. Notez que cela fonctionne seulement si l’algorithme d’Apple considère que l’image convient à l’effet de profondeur. Cela permet de créer des effets intéressants et très créatifs. De plus, il est possible d’ajouter des widgets pour avoir les informations essentielles à portée des yeux (calendrier, rappel, alarme, activités, météo, etc.).

Personnellement, je trouve les widgets beaucoup trop statiques. Ils peuvent prendre des heures pour s’actualiser avec de nouvelles informations et la seule façon de les utiliser est d’appuyer dessus pour ouvrir leur application. Le nouveau Dynamic Island, évoqué plus haut, sur l’iPhone 14 Pro est une légère amélioration dans ce sens.

Ajouté à iOS 15, Focus est certainement une fonction que j’aimerais avoir sur Android. Cette fonctionnalité a fourni aux utilisateurs un moyen d’aller au-delà de la configuration de Ne pas déranger en donnant les moyens de gérer la façon dont leur iPhone répond aux notifications, aux messages et aux appels des applications. Avec iOS 16, Focus va au-delà et permet aux utilisateurs de définir le fonctionnement de leur iPhone. En fonction du mode sélectionné, vous pouvez tout faire : y compris gérer les onglets de Safari, ou encore modifier l’écran de verrouillage.

Focus iOS 16

Que l’on parle de Maison (HomeKit), Santé, confidentialité, Apple Cartes… Il est clair qu’iOS 16 s’appuie sur une grande partie du travail effectué dans iOS 15. Néanmoins, iOS 16 rend l’iPhone plus agréable, plus cohérent, plus utile quand on n’y touche pas et un peu plus simple lorsqu’on y touche. Bien sûr, iOS 16 n’est pas exclusif à l’iPhone 14 Pro. Le logiciel est disponible sur l’iPhone 8 les modèles plus récents, mais il y a quelques fonctionnalités supplémentaires que vous ne trouverez que sur l’iPhone 14 Pro, comme Dynamic Island, Always On et certaines fonctionnalités de l’appareil photo, comme le ProRAW.

Apple iPhone 14 ProPerformances : la puce A16 Bionic n’est plus seule en tête

L’A16 Bionic, avec sa gravure en 4 nm, est réservé cette année aux iPhone 14 Pro et 14 Pro Max. Les iPhone 14 et 14 Plus restent sur la précédente génération de puce, l’A15 Bionic. Dans la théorie, on s’attend à un gain de 10 % des performances CPU. Passons à la pratique.

Les benchmarks

Comme on pouvait s’y attendre, l’Apple A16 Bionic progresse. Quels que soient les outils de benchmark synthétiques que nous utilisons, nous observons des scores plus élevés que la précédente génération. La progression est d’environ 10 %, ce qui est exactement ce qu’Apple a promis lors de sa conférence.

Geekbench

Geekbench 5 iPhone 14 Pro iPhone 13 Pro Galaxy S22 Ultra Google Pixel 6 Pro
Single-core 1858 1707 1240 1027
Multi-core 5014 4543 3896 2760
Compute 15725 14255 9103

On notera cependant que les smartphones Android ont rattrapé et même dépassé Apple dans de nombreux tests. C’est le cas de la dernière puce de Qualcomm, le Snapdragon 8+ Gen 1 et l’on vous a déjà dit tout le bien que l’on pensait de cette puce. De plus, on la retrouve également sur le Samsung Galaxy Z Fold 4. C’est un changement de paradigme puisque Apple conservait une réelle avance vis-à-vis de la concurrence Android.

Divers benchmarks

Modèle Apple iPhone 14 Pro Apple iPhone 13 Pro Apple iPhone 12 Pro Samsung Galaxy Z Fold 4 Asus ROG Phone 6 Pro
AnTuTu 9 949082 812211 N/C 901944 1109651
AnTuTu 8 N/C N/C 577191 N/C N/C
AnTuTu CPU 238980 210851 169547 203077 262115
AnTuTu GPU 413733 318695 200121 384962 466005
AnTuTu MEM 153747 151602 114589 148623 196358
AnTuTu UX 142622 131063 92939 165282 185173
PC Mark 2.0 N/C N/C N/C N/C 41463
PC Mark 3.0 N/C 19202 N/C 14016 17165
3DMark Slingshot Extreme 3258 N/C 5433 N/C N/C
3DMark Slingshot Extreme Graphics N/C N/C 6958 N/C N/C
3DMark Slingshot Extreme Physics N/C N/C 3074 N/C N/C
3DMark Wild Life N/C 9757 6744 N/C N/C
3DMark Wild Life framerate moyen N/C 58.4 FPS 40 FPS N/C 63 FPS
3DMark Wild Life Extreme N/C N/C N/C 2694 N/C
3DMark Wild Life Extreme framerate moyen N/C N/C N/C 16.10 FPS N/C
GFXBench Aztec Vulkan/Metal high (onscreen / offscreen) N/C 60 / 38.8 FPS 47 / 20 FPS 42 / 42 FPS 63 / 46 FPS
GFXBench Car Chase (onscreen / offscreen) N/C 60 / 90.89 FPS 52 / 71 FPS 44 / 73 FPS 82 / 101 FPS
GFXBench Manhattan 3.0 (onscreen / offscreen) N/C N/C N/C 94 / 133 FPS 143 / 252 FPS
Lecture / écriture séquentielle N/C N/C N/C 1948 / 1276 Mo/s 1971 / 1470 Mo/s
Lecture / écriture aléatoire N/C N/C N/C 73872 / 69310 IOPS 88564 / 118678 IOPS

Voir plus de benchmarks