Réponse à «L’art de se plaindre de la bonne façon»

J’ai répondu « L’inconnu timide » qui demandait comment se renseigner sur les médicaments et les soins prodigués à sa mère au CHSLD sans se tromper. C’est pourquoi je lui ai fait quelques suggestions pour vivre l’expérience avec ma mère lorsqu’elle était hospitalisée.

Si nous constatons un changement dans le comportement de notre proche, il est important de demander à rencontrer le médecin qui le suit. Ma mère était agitée sans raison apparente, alors ils ont dû demander à un accompagnateur de la surveiller pour qu’elle ne sorte pas toujours de son fauteuil roulant, risquant de tomber et de se casser la hanche ou quelque chose comme ça. .

J’ai demandé à voir son médecin pour qu’on lui dise que ses médicaments étaient à la dose la plus élevée et qu’il ne pouvait rien faire. Obligée d’accepter cette réponse on ne peut plus logique, j’ai demandé à rencontrer la directrice des services professionnels ainsi que la directrice des soins infirmiers pour les informer de la situation et de mon inquiétude. La DSI a fait le point sur la situation, et malgré son départ imminent, m’a assuré qu’il réglerait l’affaire avant de partir.

Des rencontres ultérieures ont lieu entre la DSI, le pharmacien et le médecin traitant. La médication a été changée et la situation s’est normalisée puisque l’anxiété de ma mère a disparu. Et dans son cas, c’est arrivé pendant que mon frère et moi lui rendions visite 7 jours sur 7.

Le personnel est très content de notre initiative, car même s’il peut constater un changement de comportement d’un patient et le signaler au médecin, il appartient aux proches de s’immiscer dans la gestion et les différents services des établissements.

Je tiens également à dire qu’après cela, nous avons eu de bons contacts avec le médecin qui nous a donné toutes les informations sur notre mère, sachant que nous sommes proches d’elle. Sa fin de vie, à notre avis, a été très bonne à cause de cela.

En conclusion, il ne faut jamais cesser de poser toutes les questions que l’on veut au personnel d’un CHSLD, car nous sommes responsables de nos proches et nous ne leur confions que le mandat de leur prodiguer les soins appropriés. . C’est toujours mieux de poser des questions que de s’en tenir à “je souhaite!”

J’espère que cela aidera d’autres personnes qui se trouvent dans cette situation.

Merci pour ce récit éclairant. Comme je le lui ai fait remarquer dans ma réponse et malgré certaines rumeurs selon lesquelles les administrateurs de CHSLD voient le fait que les proches des personnes hébergées sont responsables devant eux, si c’est fait avec respect, ils n’hésiteront pas -deux à adapter les soins , dans l’intérêt des patients.

Leave a Reply

Your email address will not be published.