Coup de théâtre, le Cours Florent débarque à Grasse!

Et si les futurs Auteuil, Lindon, Adjani, Kiberlain ou Niney venaient éclore à Grasse ? Effervescence, mercredi matin dans le ventre du Musée international de la Parfumerie, théâtre de la signature de la convention entre la Ville et le Cours Florent (1).

Incubateur de talents depuis sa création par François Florent en 1967, l’école de théâtre, reconnue internationalement, est arrivée dans la cité des parfums. En effet, à partir de décembre et jusqu’en août prochain, ses professeurs viennent donner cinq cours intensifs, ouverts à tous. [lire plus loin]. “Un grand honneur” sourit le maire, Jérôme Viaud, fier de voir le pic d’une certaine manière “très souhaitable, à offrir [la] ville qui est une formation unique.”

Alors pourquoi le Cours Florent, qui continue de s’implanter en Europe (après Bruxelles et Berlin, il deviendra bientôt Londres), a-t-il choisi Grasse ? “Eh bien, parce que nous sommes les bienvenus” a déclaré Frédéric Montfort, président d’honneur de l’école, qu’il a rejointe il y a 40 ans.

“La ville grandit, c’est le bon moment”

Nostalgique de son passage à TdG “En 1982 ou 1.983 avec Michèle Morgan”, Il a suivi: “C’est une ville universitaire, culturellement, connue dans le monde entier. Elle développe des choses vis-à-vis des jeunes, de la formation : c’est le bon moment.”

Le bon moment pour arriver et donner la philosophie de la maison, fidèle à son créateur : “Nous n’avons aucun moyendit Frédéric Montfort. Nous sommes proches des gens et, partout, il y a beaucoup de méthodes comme les étudiants et les professeurs. Ce sont les personnalités des jeunes qui nous intéressent et nous cherchons, avec eux, comment ils évoluent dans le spectacle vivant. C’est cette évolution qui compte.”

Celui des acteurs ; dans leurs arts aussi. “La pédagogie du théâtre est en constante évolutionil s’est souvenu. Nous ne jouons pas aujourd’hui comme nous le faisions il y a 40 ans. C’est pourquoi je souhaite que notre corps enseignant soit très jeune : que nos formateurs soient en phase avec le métier, qu’eux-mêmes soient en train de faire. “

Vers un établissement stable sur le Campus de Grasse ?

Alors, s’il admet que le Cours Florent “cherche à former les pros”Frédéric Montfort soutient que l’essentiel est ailleurs : « Nous leur enseignons ce travail mais nous leur devons aussi une culture importante.

N’oubliez pas qu’en dehors des cours de théâtre, l’école est aussi “Remarqué pour son haut niveau de formation en chant, danse, éloquence, improvisation, etc.”Jérôme Viaud a une petite idée en tête : “Peut-être que demain, le Cours Florent pourra avoir un campus à Grasse, comme Paris, Montpellier, Bordeaux, Bruxelles. [et Berlin]

Alors, qu’en a pensé Frédéric Montfort ? « Disons que tu viens toujours dans une ville de la même façon : tu commences des stages et tu vois les possibilités. Partout où on a des campus, ça se passe comme ça… »

La réponse semble vous échapper ? C’est parce que vous ne voyez pas son sourire quand il le forme…

1. Mais aussi le CAPG et le Théâtre de Grasse.

Leave a Reply

Your email address will not be published.