après « l’escalade » de la Russie, l’Union européenne veut prendre de nouvelles sanctions

Image de couverture: Des manifestants arrêtés à Saint-Pétersbourg le 21 septembre. OLGA MALTSEVA / AFP

  • L’Ukraine et la Russie ont échangé des prisonniers militairesle plus important depuis le début de l’offensive le 24 février. Au total, 215 personnes ont été libérées du côté ukrainiendont 188 “héros” ayant défendu l’aciérie Azovstal à Marioupol (dont 108 membres du régiment Azov). Cinq commandants militaires, dont les chefs de la défense d’Azovstal, ont été transférés en Turquie, où ils resteront « en toute sécurité et dans des conditions confortables » en haut« A la fin de la guerre » a souligné Zelensky. Dix prisonniers de guerre – dont cinq Britanniques et deux Américains – font partie de cet échange et transitent par l’Arabie saoudite. La Russie, quant à elle, a récupéré 55 prisonniers dont l’ex-député Viktor Medvedtchouk, proche du président russe Vladimir Poutine, accusé de haute trahison en Ukraine.
  • Vladimir Poutine a décrété mercredi une “mobilisation partielle”mesure jugée “urgent et nécessaire”. 300 000 réservistes Sont concernés dans un premier temps, en priorité les citoyens ayant une expérience militaire, âgés de 65 ans pour les plus âgés. Signe de l’inquiétude de nombreux Russes, les sites de les compagnies aériennes ont été reprises après le discours de M. Poutine et une pétition sur Internet contre la mobilisation a déjà recueilli plus de 230 000 signatures. 1 332 personnes ont été arrêtées lors de manifestations anti-mobilisation, selon OVD-Info, un organisme spécialisé dans le comptage des interpellations. Ce sont les plus grandes manifestations en Russie depuis février.
  • Dans une adresse à la nation, M. Poutine s’est dit prêt à utiliser “tout signifie” dans son arsenal contre l’Occident, qu’il accuse de vouloir ” détruire “ Russie. Il a accusé l’Occident, en particulier l’OTAN, d’être à l’origine d’un “chantage nucléaire”annulant les accusations portées contre lui. “Ce n’est pas du bluff”il a assuré. “Une guerre nucléaire est impossible à gagner et ne doit pas être menée”a répondu Joe Biden à la tribune de l’ONU. Le président américain a attaqué la Russie de frontl’accusant d’avoir “violé sans vergogne” les principes de l’ONU depuis son offensive en Ukraine.
  • S’exprimant mercredi par vidéoconférence lors de l’Assemblée générale annuelle des Nations Unies, Volodymyr Zelensky a exigé une “juste une punition” contre Moscou – un mot qu’il a prononcé quinze fois – dénonçant avec force l’invasion de son pays par les troupes russes et appelant à la mise en place d’un tribunal spécial pour juger Moscou “pour son crime d’agression contre notre Etat”. Il a également appelé l’ONU à retirer son droit de veto à la Russie.
  • Le Royaume-Uni continuera à fournir une aide militaire à l’Ukraine jusqu’à triomphe de ce dernier contre la Russiea promis mercredi soir la nouvelle Première ministre britannique, Liz Truss, lors de l’AG de l’ONU.
  • Les autorités ukrainiennes ont accusé Moscou d’avoir de nouveau bombardé mercredi le site de la centrale électrique de Zaporijia. La situation là-bas “se détériorer davantage”a prévenu le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi. “Nous ne pouvons pas nous permettre le luxe d’attendre que quelque chose de catastrophique se produise”, il ajouta. A l’issue d’une réunion à l’ONU consacrée à la sûreté nucléaire, plusieurs pays occidentaux ont fait une déclaration commune pour [rappeler] que le risque accru d’accident nucléaire restera dangereusement élevé tant que la Russie sera présente sur le site de Zaporijia ».

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Retrouvez tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Chronique. Alain Franchon : “Présenter le Sud global comme un bloc d’opposition anti-occidental est une caricature”

Récit. “Je préfère aller en prison plutôt qu’en Ukraine” : en Russie, le choc de la mobilisation militaire

Décryptages. Russie : mobilisation ” partiel “un pari militaire loin d’être gagné

Discuter. Emmanuel Grynszpan “La peur d’une réaction très négative de la société russe a jusqu’à présent convaincu Poutine de ne pas procéder à une mobilisation générale”

Factuel. L’annonce d’une mobilisation partielle en Russie, “nouveau signe de désarroi” de Vladimir Poutine, selon la communauté internationale

La synthèse. Entre Russie et Occident, Emmanuel Macron s’en prend aux non-alignés

A l’ONU, Emmanuel Macron a fustigé les Etats qui se disent non alignés pour rester neutres face à la guerre en Ukraine.

Vidéo. A l’ONU, Emmanuel Macron dénonce “un retour à l’époque de l’impérialisme et des colonies”

Tribune. Laura Petiot : « L’utilisation du lexique militaire permet de justifier le détournement de certains processus et outils législatifs »

Témoignages. “Ces images des fosses communes d’Izioum, ces corps exhumés, cette main décomposée au bracelet jaune et bleu, ne me quittent jamais”

Leave a Reply

Your email address will not be published.