Les films français sont-ils le véritable problème de nos cinémas ?

En amont du congrès de la FNCF, Olivier Aubry propose au cinéma français de prendre exemple Pistolet supérieur : Maverick: pour sortir de la crise.

Cette année, la convention FNCF (Fédération Nationale du Cinéma Français) se tient du lundi 19 septembre au jeudi 22 septembre 2022 au Centre International de Deauville. La fédération et les exploitants de salles tiendront donc compte de la situation des salles françaises sortie de l’épidémie et en prévision de la crise énergétique. Une situation exceptionnelle qui met à l’épreuve l’ensemble de la production cinématographique du pays et lui serre toutes les dents, de la production des films à leur rentabilité en salles.

Dans la matinée du mardi 20 septembre, la réunion du comité de la petite agriculture a eu lieu. Une branche couvrant tous les cinémas de la région, qui réalise une entrée annuelle inférieure à 80 000. Le président de la Commission, Olivier Aubry, s’est entretenu avec plusieurs médias avant la réunion pour donner son point de vue sur la situation. Selon lui, la qualité des films français joue un rôle majeur dans la désolation des salles obscures.

y a-t-il Tom Cruise pour sauver le cinéma français ?

Il y a eu évidemment la crise du Covid, l’avènement des plateformes de SVoD, ainsi que le contexte économique, qui n’a pas toujours été favorable aux loisirs payants. Mais pour Olivier Aubrey, Ce sera un plus grand désastre pour les salles de cinéma. Un mal récurrent que de nombreuses personnes connaissent et pointent du doigt dans divers canaux de discussion populaires. Vous le reconnaîtrez, c’est la comédie française.

dans une interview avec Box office Pro :Olivier Aubry a ainsi évoqué quelle est, selon lui, la vraie raison (climatique) de la baisse de fréquentation des salles de cinéma.

Outre la météo favorable cet été, nous avons été pénalisés principalement par l’offre et le manque de films de qualité. Il est grand temps que le cinéma français se regarde dans le miroir pour arrêter la production de téléfilms. Là encore, l’exemple de Top Gun montre que le public se déplace en grand nombre pour les films cinématographiques.

Pistolet supérieur :  Maverick:  La photo de Tom Cruise“Faites juste comme moi.”

Un argument qu’il a également réutilisé et développé dans une autre conversation film français :

Seuls trois titres ont vraiment bien marché ces derniers mois : Top Gun. Maverick, Les Minions 2. Il était une fois Gru et président de Ducobu. Les comédies françaises sont boudées par nos téléspectateurs. Ce qui est tout à fait compréhensible car la qualité n’est pas au rendez-vous. La production française devrait donc miser sur la qualité de ses scénarios.

La déclaration plutôt péremptoire d’Olivier Aubry manque cependant de clarté. C’est incroyable de voir des exemples de succès au box-office cet été (dans la plus petite des salles, nous vous le rappelons). Ducobu Président ! qui est une comédie française elle-même et: Minions 2 qui est une coproduction française. Ce n’est pas très convaincant, d’autant que si de nombreuses comédies françaises ont sous-performé en raison de la crise sanitaire, elles ont été pendant des décennies la locomotive d’une production locale, qui ne privilégie pas la ponctualité pourtant inquiétante.

Dans la nuit du 12.  Photo Bouli Lanners, Bastien BouillonComment se fait-il qu’il n’y ait pas de bons scénarios dans le cinéma français ?

Quant à la qualité des scénarios, on ne peut pas dire que les trois films cités par Aubrey trouvent leurs points forts dans leurs histoires. Au contraire, quand on regarde 10 échecs du box-office français de 2022 jusqu’à présent, nous le remarquons Le public n’a pas à bouder les comédies françaises et que l’offre n’est pas si réduite. Que ce soit un thriller implacable Infatigabledrame choquant Vortex ou le film monstre ogre.

C’est la même chose du côté américain. En plus des films de franchise (donc exposés publiquement) et des films Marvel, l’attrait interne n’est pas aussi bon, quelle que soit la qualité de la performance. Au contraire, ce sont souvent les longs métrages qui se démarquent avec le dédain le plus général. Soit-il Tout partout à la fois, La bête ou encore et surtout excellent Trois mille ans t’attendent, ce sont les offres les plus originales qui se battent pour atteindre les 500 000 au box-office français.

Tous dans le même bateau

En fait, une superbe victoire Pistolet supérieur : Maverick: falsifie tout dès qu’il est mentionné. La vedette de Tom Cruise a battu des records tout l’été et continue d’être en tête du box-office dans divers pays car il a franchi 15 semaines de sortie. Un tel prodige n’est pas un exemple, c’est une anomalie.

Sur d’autres sujets liés au cinéma, l’avis d’Olivier Aubry est pertinent. Pourtant, son opinion sur la qualité des films français illustre assez bien la confusion généralisée, qu’il résume lui-même en une phrase : Certains films français ont nui à d’autres films français en raison des mauvaises critiques et des réactions négatives qu’ils ont reçues sur les réseaux sociaux.“. Cependant, ce n’est clairement pas si simple, et c’est un raccourci qui n’apporte pas grand-chose au débat. le ventre de chute de la lune ou accueil extrêmement négatif Morbius Soit dit en passant, ils ne sont pas non plus responsables des résultats au box-office américain.

Chute de la lune.  photo de Patrick Wilson

Une odyssée 2022 qui s’assemble

A priori, il ne s’agit pas de la protection du cinéma français. La discussion est évidemment ouverte, et la situation est très complexe, nécessitant analyse et questionnement. Cependant, certaines simplifications semblent parfois contre-productives, notamment lorsqu’il s’agit de comparer l’incommensurable (ici. Pistolet supérieur : et comédies françaises). Surtout depuis que 2022 a vu des poussées notablesle niveau de la production française n’était pas aussi élevé que les années précédentes, lorsque les festivals internationaux se sont soudainement mis à diffuser des défilés de mode français.

Autre angle mort de ce débat, la programmation des cinémas, qui, après un bourrage homérique à la réouverture, sacrifiera littéralement des centaines de films, les privant de la possibilité de générer du bouche à oreille, histoire de se passer eux-mêmes de ces mois. , quand le vent est venu, et avec peine s’offrir un été “musclé”.

Enfin, prétendre que c’est le manque de diversité dans les cinémas qui en éloigne le public semble très faux. Le même Pistolet supérieur : Maverick: est la suite, et la plupart des autres grands succès de 2022 sont franchisés (Monde jurassique 3, Docteur étrange 2, Homme chauve-souris ou même Qu’avons-nous tous fait à Dieu ? pour la France). On peut aussi rappeler la phrase de feu Jean-Luc Godard, qui affirmait : Je vous salue, Sarajevo ! :Vouloir la mort de l’exception est la règle.”

Qu'avons-nous tous fait à Dieu ?  photo, Chantal Laby, Christian Clavier, Salimata Kamate, Pascal N'ZonziQu’avons-nous fait du septième art ?

Et maintenant ?

Lorsque l’on revient (encore une fois) sur ces propos sur le cinéma français et son effet dit négatif sur la fréquentation des salles, il convient de rappeler le contexte dans lequel ils ont été tenus. Face à la situation parfois incertaine des cinémas et à l’anticipation de nombreuses crises à venir, la FNCF tente de trouver des solutions. L’attractivité des films vus en salles n’est qu’une des questions qu’Olivier Aubry et bien d’autres devront donc se poser à l’avenir. Au cœur du débat se trouvent les questions de la survie des petites salles et de la transition écologique.

Si le cinéma français n’est à l’origine d’aucun désastre, il est en revanche exposé à la bonne santé des salles. Comme l’a expliqué Olivier Aubry film français La crise énergétique s’ajoute à la crise de fréquentation. A ce sujet, il a ainsi ouvert plusieurs voies pour économiser l’énergie et les coûts dans les cinémas régionaux ;

Quelques réflexions sont en cours, par exemple sur les sas des issues de secours, qui sont pour la plupart éclairés en permanence et où des détecteurs peuvent être installés. On peut aussi revoir les réglages de température de la climatisation ; Je ne sais pas si 22°C est nécessaire pour la pièce. Désactiver le menu pendant la journée et lorsque le théâtre est fermé peut également faire partie des détails qui réduiront la facture. Il y a aussi des discussions sur l’abondance d’affichages lumineux dans nos installations. Et je suis intéressé par la pertinence des séances à 22h.

Avatar:  Le chemin de l'eau.  photo:Quand cinéma et écologie se rencontrent

Si la dernière proposition peut sembler drastique, elle soulève des questions sur les habitudes du public en dehors des grandes villes, où les émissions de 22 heures sont fréquentes. Le président du comité des petites exploitations a également évoqué d’autres considérations concernant les effectifs des cinémas ou le prix des billets. Autant de discussions qui devraient animer le congrès FNCF et pourraient avoir un réel impact, potentiellement positif, sur l’évolution du cinéma français.

Reste à savoir ce qui se passera à l’issue des différentes tables rondes. Mais si nous ne parvenons pas à développer ici tout l’aspect économique et énergétique, nous osons espérer que la programmation cinématographique (petite, moyenne ou grande exploitation) se fera de manière réaliste. Cela dit sans jouer dans les franchises et les superproductions exagérées, sous prétexte de s’adapter à une demande illusoire. Si on espère des cinémas mieux adaptés aux enjeux de demain, on prie pour que ses nouvelles règles ne tuent pas les exceptions.

Leave a Reply

Your email address will not be published.