LFI ne demandera pas la démission d’Adrien Quatennens de son mandat de député

Les Insoumis estiment que le retrait du poste de coordinateur national de LFI est “suffisant”, alors que l’élu du Nord est visé par une main courante par sa future ex-femme. Les Insoumis ont tranché mercredi après-midi lors d’une réunion : ils ne demanderont pas à leur collègue Adrien Quatennens de démissionner de son mandat de député du Nord. “Il a quitté son poste de coordinateur, ça suffit”, a expliqué à la presse le représentant de LFI Manuel Bompard, entouré de responsables de l’intergroupe Nupes. Rousseau en a exigé plus Après avoir reconnu des gestes violents – dont une “gifle” – contre sa femme, avec qui il est en instance de divorce, Adrien Quatennens a annoncé sa “retraite” de ses fonctions de coordinateur national de LFI, le poste le plus élevé. à l’intérieur La députée écologiste Sandrine Rousseau, qui se veut en première ligne dans la lutte contre les violences sexistes et sexistes, a réclamé davantage, estimant que les Insoumis “doivent se retirer de tout”, y compris de leur mandat. Elle n’a pas été suivie dans sa demande. Au sein des Nupes, cependant, beaucoup estiment que le député ne doit plus être exposé, ni parler au nom des Nupes, le temps de l’enquête. Egalement épinglé en plus de “violences psychologiques envers son ex-compagne”, le patron d’EELV Julien Bayou a, pour sa part, été “retiré” de ses fonctions de co-président du groupe écologiste à l’Assemblée mardi soir. “Il suffit de donner un signal”, a déclaré à l’AFP l’ex-numéro deux du parti Sandra Regol. VOIR AUSSI – Affaires Quatennens et Bayou : “C’est l’effondrement moral de la gauche”, estime Jordan Bardella.

Leave a Reply

Your email address will not be published.