Guerre en Ukraine, absence des présidents russe et chinois, nucléaire iranien… Quels sont les points de tension de l’ Assemblée générale des Nations unies

Les chefs d’État et de gouvernement se succéderont sur le podium des Nations unies, du mardi 20 septembre au samedi 24 septembre. Cette semaine est le temps fort de l’Assemblée générale des Nations unies, qui se déroule de septembre à décembre. Or, chaque chef d’Etat ou de gouvernement, chaque représentation a librement son agenda.

>> Crise climatique, alimentation, guerre en Ukraine… attendu à l’ONU, Emmanuel Macron se pose en rassembleur face aux divisions internationales

C’est traditionnellement le Brésil qui ouvre le bal pour ces discours. Jair Bolsonaro sera donc le premier à prendre le micro, ce mardi après-midi. Un président brésilien en campagne pour sa réélection, qui risque donc de parler du perchoir des Nations unies au moins autant aux Brésiliens qu’à ses homologues internationaux.

Cette 77e Assemblée générale de l’ONU réunit cette semaine 157 chefs d’État ou de gouvernement sur les 193 États représentés aux Nations unies, ceux qui ont fait le déplacement à New York. Les absences les plus remarquées ? Celles de Vladimir Poutine et de Xi Jinping bien sûr ! Les dirigeants chinois et russe se sont rencontrés jeudi 15 septembre, à l’occasion de la Sommet de l’Organisation de coopération de Shanghai en Ouzbékistan. Ils ont choisi de ne pas s’adresser au reste du monde alors même que les actions, notamment celles de la Russie avec sa guerre en Ukraine, sont au cœur de certains déséquilibres, aggravant la crise énergétique ou la crise alimentaire mondiale.

Autre abcès de fixation : l’Iran. Beaucoup suivront avec attention le discours du président Ebrahim Raissi, prévu mercredi, à l’affût de la moindre inflexion qui pourrait laisser penser que l’Iran est prêt à reprendre les négociations sur le nucléaire. A partir de ce mardi, le président iranien doit également évoquer ce sujet avec son homologue français, en marge de l’Assemblée générale.

Outre sa rencontre avec Ebrahim Raissi, Emmanuel Macron aura trois autres rencontres bilatérales, avec les chefs de gouvernement pakistanais, britannique et libanais, avant de s’adresser à l’Assemblée générale à 20 heures (heure française) pour son discours public.

En amont, la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna a, dans la seule journée de lundi, mené pas moins de huit entretiens formels ou informels avec ses homologues européens, indiens, émiratis, chinois, russes, irakiens et jordaniens. Ce rythme quotidien sera maintenu jusqu’à la fin de la semaine pour Catherine Colonna, jusqu’à mercredi soir pour Emmanuel Macron. Dernière rencontre bilatérale prévue pour le président français, mercredi après-midi, avec Joe Biden.

Leave a Reply

Your email address will not be published.