Rocancourt, «artiste escroc» et prévenu professionnel

Christophe Rocancourt (au centre), lundi, à son arrivée au Tribunal de Paris. Giancarlo Gorassini/Bestimage

TEST – Avec la confiance des habitués du tribunal, il a nié son implication dans une autre escroquerie.

“La vérité n’est pas étrange”, explique Christophe Rocancourt appris. Pantalon en velours, pull bleu marine sur tee-shirt blanc, baskets, lunettes aux verres presque non teintés, l'”artiste escroc” (définition de lui-même qu’il a donnée lors de l’enquête) ressemble à l’acteur Gary Oldman qui tente de rentrer dans la chaussure. d’un escroc renvoyé en correctionnelle.

La figure centrale du procès d’un dossier de nidification impliquant, entre autres, l’ancien ministre Kofi Yamgnane, l’ex-préfet Prouteau et l’ancien patron de la PJ parisienne Bernard Petit, M. Rocancourt résume la démarche : “C’est un peu une histoire de corne d’abondance.” Il a la confiance des habitués de la salle d’audience sans aucune incohérence – il raconte tout et le contraire sur son propre rôle – le ridicule des enfants nés dans la rivière et, contrairement à tous les autres prévenus, plus à perdre.

M. Rocancourt ne parle pas pour être cru : professionnel averti, il parle parce que le président le lui a demandé…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver son indépendance, c’est cultiver sa curiosité.

Abonnement sans engagement

Déjà inscrit?
dans

Leave a Reply

Your email address will not be published.