comment quatre jeunes Périgourdins ont acculé l’homme en garde à vue

C’est un peu avant 21 heures que le quadragénaire a été aperçu en train de mettre le feu à un champ de maïs à Montpon-Ménestérol. Marjorie… C’est peu avant 21 heures que la quadragénaire a été vue en train de mettre le feu à un champ de maïs à Montpon-Ménestérol. Marjorie, une habitante de Montponnais, conduisait une voiture sur la Route des Nauvettes qui passe à proximité du champ, lorsqu’elle a vu des flammes au milieu de la parcelle cultivée. « Ma sœur et ma nièce étaient avec moi. Nous allions rendre visite à des amis à Ménesplet. C’est rare qu’on passe par cette route, on en prend généralement une autre”, glisse la jeune femme. Sur le même sujet Criminel en Dordogne : notre dossier L’été 2022 a été marqué par une série d’incendies suspects en forêt de la Double. “Sud Ouest” a couvert le travail des pompiers sur place, et enquêté sur le(s) incendiaire(s) Il a bloqué la voiture suspecte En s’approchant, Marjorie et ses passagers ont observé “un homme de dos jetant quelque chose dans le feu”. Convaincues de s’occuper du pyromane qui sévit dans la forêt de Double, à la frontière de la Charente, où les départs de feu se sont aussi multipliés depuis début août, les deux jeunes femmes se sont approchées prudemment. “Là, on a vu une voiture garée sur la route”, rapporte la jeune femme. “Il était calme, mal à l’aise comme quelqu’un qui vient d’être acculé, mais calme” Par chance, un véhicule s’est arrêté en sens inverse. “J’ai braqué mes phares sur lui pour essayer d’attirer l’attention du conducteur”, poursuit Marjorie. Par la fenêtre ouverte, je lui ai dit qu’un homme brûlait dans le champ de maïs et qu’il fallait bloquer sa voiture. Agriculteur à Montpon, David a bloqué la voiture du suspect avec la sienne. Michel Faure/”Sud Ouest” A-t-il aussi vu les flammes ? En une fraction de seconde, l’automobiliste a garé son véhicule derrière la voiture suspecte pour l’empêcher de quitter la route. “J’ai tout de suite compris que c’était sérieux”, confie cet agriculteur local nommé David. Je suis allé avec mon ami pour voir de plus près ce qui se passait. “N’importe où” un homme individuel les a approchés. “Il était calme, mal à l’aise comme quelqu’un qui vient d’être acculé, mais calme”, ​​raconte Marjorie, qui est allée à sa rencontre. « On lui a dit : ‘Qu’est-ce que tu fais là ? ». Le mec a répondu qu’il faisait pipi », glisse la jeune femme, partagée entre la stupeur et la colère. « Il y a eu tellement d’incendies récemment dans le coin que j’ai ressenti un sensation d’une nervosité irrépressible qui monte en moi », confie-t-elle. L’homme devant elle n’a pas cherché à s’enfuir. « Il a vu que sa voiture était bloquée, mais il n’a pas bougé », glisse la Périgourdine, qui décrit un mec “la quarantaine tout à fait passe-partout”. Prévenus entre-temps de sa soeur, les gendarmes de Mussidan, rejoints par les militaires du Détachement de Surveillance et de Recherche de la gendarmerie (Psig) de la compagnie de Périgueux, sont arrivés sur place moins plus de dix minutes plus tard. “Le type s’est laissé interpeller sans se rebeller, raconte Marjorie, qui a été informée des faits plus tard dans la soirée. Cette arrestation intervient moins d’une semaine après l’arrestation, le lundi 12 septembre, d’un Un homme de 19 ans soupçonné d’avoir déclenché les incendies.Il a été relâché dans l’après-midi, faute de preuves suffisantes.Dimanche 18 septembre, à 17h30, un nouveau départ de feu commencé dans l’ancienne commune de Saint-Michel-Léparon, à La Roche-Chalais. Reste l’hypothèse de plusieurs pyromanes en action dans la Double.

Leave a Reply

Your email address will not be published.