20h30 Le Dimanche – Carole Bouquet donne son point de vue sur la valeur travail et exaspère les internautes

Invité

L’invitée de “Le Dimanche”, l’actrice qui interprète pour la troisième fois sur scène le rôle de “Bérénice”, a offert sa vision sur la valeur du travail. (capture d’écran France 2)

Dimanche 18 septembre, les téléspectateurs de France 2 ont découvert un nouveau numéro pour le rendez-vous du week-end : “20h30 Le Dimanche”. Laurent Delahousse a invité les personnages autour du thème : Le pouvoir des mots. Les mots, sujet déjà cher à Fianso, sont actuellement en tête de “Sous contrôle” en streaming sur Netflix, à Benjamin Biolay, qui était déjà en tête des ventes avec son nouvel album “Saint-Clair”, à Fabien Roussel, venu extraire l’actualité et notamment ses fiançailles sur le travail ou à Carol Bouquet, venue parler de son retour sur scène dans les Pyrénées. Lors d’un moment de discussion sur la valeur de l’œuvre, l’actrice a lâché une phrase qui a exaspéré les internautes.

Quel est le vrai pouvoir des mots ? Une force énorme, à en croire le panel d’invités que les téléspectateurs de France 2 ont pu découvrir sur le plateau.”20h30 dimanche” ce soir, en France 2. Le sommaire de ce nouveau numéro a été présenté par Laurent Dillahous comme à l’accoutumée Des invités venus d’univers éclectiques. Cinéma, rap, théâtre, politique… Encore une fois le programme était dense ! Ainsi, on a pu retrouver l’actrice tsariste Carol Bouquet, de retour sur scène dans les Pyrénées, l’emblématique guerrier Soufiane Zermani dit Fianco, et Fabien Roussel, député et secrétaire national du Parti communiste français, venu prendre la nouvelle. de la semaine. (Et son discours sur l’oeuvre a provoqué un véritable tollé à la NUPES) et Benjamin Beaulay, qui a présenté The Night Live, qui a dominé les palmarès des ventes avec sa nouvelle oeuvre, “Saint-Clair”. L’émission a débuté par une interview de Carole Bouquet, qui vient de quitter les planches de La Scala parisienne, qu’elle tient depuis jeudi dernier. L’actrice joue déjà, et pour la troisième fois, dans “Bérénice”. En réponse à une question de Laurent Dillahous, Carol Bouquet n’a pas caché son bonheur de retrouver la belle scène et les scénarios : “Il y a des scénarios qui me passionnent. Comme si j’étais pianiste et que j’aime Bach, ça veut dire que je pense Je la rejouerai tout le temps (…) C’est une langue dont je ne me lasse pas”, a-t-elle confié au journaliste. Plus tard dans l’émission, Fianso, qui connaît un vrai succès sur Netflix grâce à son rôle dans Sous influence, Fabian Roussel a rejoint l’actrice sur le plateau.

Vidéo – Découvrez la Minute de Laurent Dellahous

“Niveau de pensée zéro”

Fabian Roussel, qui était présent sur le plateau de l’émission, a été invité à commenter pendant cinq minutes l’actualité de la semaine. L’actualité politique était principalement centrée sur une phrase coup de poing prononcée par le député communiste le 10 septembre, en marge de la Fête de l’Humanité : « Faire disparaître le chômage en France, c’est sortir la France des allocations chômage, du RSA et des revenus alternatifs. C’est garantir un salaire et un travail pour tous.”. Avec cette formulation, l’élu s’est opposé au “droit au travail” sur la “gauche des allocations”… ce qui a suscité de vifs débats au sein de la gauche et de la NUPES. Fabian Roussel a donc une nouvelle fois fait valoir son point de vue sur le plateau ce soir. En réponse à une question de Laurent Delahousse sur cette phrase mais aussi sur la valeur du travail, Carol Bouquet répond : « Je pense que cette phrase met le pied dans l’assiette. (…) Tout le monde rêve d’un travail, tout le monde rêve d’existence. !” . Le point de vue et la mise en scène de l’actrice ont suscité de vives critiques sur Twitter.

Leave a Reply

Your email address will not be published.