Mort du photographe William Klein, un Américain peu tranquille

RÉDUCTION – L’artiste qui a changé la photographie avec ses images punchy s’est éteint samedi soir à Paris à l’âge de 96 ans. Une carrière où l’art, la peinture, la mode et le cinéma se sont mêlés.

avec la mort Guillaume KleinSamedi à 96 ans à Paris, c’était une époque mouvementée et audacieuse, semblable à la Nouvelle Vague de l’image, qui a disparu. “Dans l’histoire de la photographie, Klein occupe, en France du moins, une place importante : il a proposé, tel un ‘anti-maître’, une pratique ouverte, hybride et sans restriction de la photographie. Liée à l’art de la peinture comme elle l’est à tournage, la photographie s’est ainsi grandement améliorée.souligne l’historien de la photographie, Michel Poivert.

“A l’heure où règne un ordre moderniste défendu par Henri Cartier-Bresson, fondé sur la géométrie du présent, Klein propose une alternative à la tradition humaniste et fait venir des Etats-Unis une liberté qui, plus déjà, passe par le livre qui est maintenant devenu un bon lieu de création pour un photographe.Au niveau international, il a formé avec Robert Frank une sorte de tandem qui a inspiré de nombreuses générations de photographes, poussant tout le monde…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

Cultiver son indépendance, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit?
dans

Leave a Reply

Your email address will not be published.