Lot : à Bagnac, le radar sur la RN122 livre ses chiffres

Les Bagnacoises et les Bagnacois ont pu détecter la présence d’un radar (calibré visuellement à 70 km/h) sur la nationale 122 entre le 25 mai et le 25 juillet, indiquant la vitesse à la sortie de Bagnac en direction d’Aurillac. Le tronçon considéré est toujours limité à une vitesse de 50 km/h. Le propriétaire de l’outil, Le Grand-Figeac, a rendu visible les résultats des enquêtes menées durant cette période.

Pic : 5 500 véhicules

Tout d’abord, le nombre de voitures. Les tracteurs, camions, voitures et motos sont comptés. Cela donne une moyenne journalière de 2 167 véhicules pour les véhicules entrants et 2 118 pour les véhicules sortants, soit un total de 4 285 pour un maximum de 5 500 véhicules. il y en a certainement plus dans la ville, car ce chiffre ne tient pas compte des voitures allant à Latronquier. La plupart des usagers respectent la limite de 50 km/h. les indicateurs d’entrée ou de sortie sont quasiment identiques (60%), et si l’on prend la vitesse de 60 km/h comme critère, on atteindra l’indicateur de 88% ; Seuls 3% des usagers dépassent 70 km/h (un peu plus à l’aller qu’à l’arrivée : 3,39% vs 2,71%). Une dizaine de personnes au départ ont tout de même dépassé les 150 km/h, dont 159 en juillet.

La Nationale 122 circule actuellement au Cayla. mouillage dans la boucle de Sele et une ceinture utilisable pour permettre des déchirures dans la rivière. Il fait toujours l’objet de négociations entre le département et l’Etat. Un serpent de mer qui trouvera peut-être un jour sa solution. Le tronçon entre le Pont du Pin frontière du Cantal et Figeac est le seul tronçon national du département (à peine 20 km).

700 poids lourds en 2016

Il est dommage que le radar de Grand Figeac n’ait pas enregistré le nombre de poids lourds qui traversent la route nationale cinq jours sur sept, car il est possible que le nombre de 700 à 800 poids lourds annoncé en 2016 soit largement dépassé, surtout : Dès le départ de la dérivation de Sansac-de-Marmiesse, car la plupart des pierres proviennent des Carrières de Bagnac. Une importante flotte de camions des entreprises du Cantal et notamment d’Aurillac transite en partie par Bagnac. Et depuis 2016, ces mêmes poids lourds ont augmenté de taille (de 1 à 6 mètres, selon la formule, et plusieurs tonnes de charge utile en plus).

Leave a Reply

Your email address will not be published.